Bio

Pit Claudius Trottmann est né à Zurich, fils unique d’un hôtelier de profession. Alors qu'il est encore très jeune, la famille part s'établir à Ascona (Tessin) où son père vient prendre la direction de l'hôtel Monte Verita, établissement bien connu. A cette époque, une collection de peinture et d'objets d'art, propriété privée du baron Van der Heydt, se trouve en exposition permanente dans l'hôtel. Il n'a que six ans, mais le jeune Pit Claudius s'intéresse déjà à ces œuvres et se passionne pour ces précieuses créations. Il passe donc une bonne partie de son temps libre dans la galerie et les salles d'exposition, dans l'étude et la contemplation de ces productions artistiques. Ce contact permanent avec des œuvres d'art de renom, exerce assurément une influence motivante et inspiratrice sur le jeune homme. Ainsi, bien que très jeune, il se prend déjà de passion pour la peinture et se découvre un talent pour cette forme d'art. Certes, le jeune Claudius a le désir de peindre mais il se sent aussi attiré par d'autres formes d'expression créatrice, notamment la musique, à laquelle il prendra goût durablement.

Son amitié avec le Dr Ernst Briner, (Flims-Waldhaus), peintre et directeur de l'Institut des Arts, reconnaissant le talent potentiel de Claudius - qui n'a alors que 14 ans - donne à ce dernier les impulsions nécessaires et lui permet d'acquérir ses premières notions de travail au chevalet. Les techniques correctes de la peinture à lui, un don commence à s'exprimer spontanément dans l'exécution de portraits.

Toutes ces années sont l'occasion pour lui d'épanouir ses dons artistiques et ultérieurement, à son retour à Bâle pour y apprendre le métier paternel, il continue de consacrer du temps à la peinture et aux beaux-arts. Dans les années qui suivent, le jeune "Pit Claudius" se consacre avec application à son métier d'hôtelier. Il entre à la prestigieuse école hôtelière de Lausanne et fait de nombreux voyages "d'étude". Ceci lui laisse très peu de temps pour donner libre cours à ses penchants artistiques.

Alors dans sa jeune vingtaine, Claudius décide d'étendre son horizon. Il met le cap sur une grande ville d'Allemagne du nord pour y poursuivre sa carrière hôtelière. Se trouvant relativement près des îles de la mer du Nord, Claudius se rend fréquemment sur le littoral, pour y saisir les couleurs sans cesse changeantes. De retour à Bâle, où Claudius occupe un poste au sein de la direction d'un grand groupe hôtelier suisse, ses nouvelles fonctions lui laissent très peu de temps libre pour la peinture. Quoiqu'il en soit, ses bureaux ne sont pas très loin, du mondialement célèbre Musée des Arts de Bâle. Il peut ainsi y consacrer une bonne partie de son temps libre et les relations d'amitié qu'il noue avec de nombreux peintres, propriétaires de galeries et d'autres artistes de la ville créent les conditions favorables au maintien de la flamme artistique.

Il connaît alors ses meilleures années dans son métier d'hôtelier, la fin aussi de ses jeunes années. Après avoir dirigé 18 ans une chaîne d’hôtels *** étoiles en Suisse, Claudius s'établit à Genève où il y occupe d'abord le poste de directeur d'un hôtel **** étoiles bien connu puis celui de directeur général d'un établissement de classe internationale.

Une nouvelle période créatrice s'annonce alors qu'il se trouve confortablement établi dans ses activités d'hôtelier. Ses enfants, désormais adultes et les contraintes familiales devenues moindres, lui laissent à consacrer plus pleinement au développement de ses talents artistiques et à commencer d'explorer intensivement la peinture à l'huile. La solitude d'un petit chalet suisse, dans les montagnes du Jura vaudois, avec la présence et l'inspiration de sa nouvelle et charmante épouse Alisé, apportent à Claudius la stimulation qui est essentielle à la recherche de ses propres moyens d'expression. Septembre 1980, première exposition publique de Claudius à Genève. Il y présente 50 tableaux, reflets de son épanouissement artistique et de sa recherche d'identification en matière de couleurs et d'impression. Trois ans avant son départ pour Tahiti, Pit Claudius a été nommé directeur général de l’hôtel LE PLAZA *****étoiles - en construction à Bâle, de son centre de congrès et de ses différents restaurants ou il s’occupe jusqu’après son ouverture officielle. Après une longue pause - absence d'inspiration - qui durera de 1985 à la fin 1996 - "Claudius" retrouve à nouveau goût et plaisir à "réveiller" la fibre artistique. L'inspiration revient. C'est au cours du troisième trimestre 1996 qu'il rencontre Rui Juventin, artiste peintre de grand renom à Tahiti.

L'ambiance, l'accueil chaleureux et les agréables odeurs de l'atelier de l'école d'arts plastiques de Punaauia contribuent à ce qu'il se remette à son chevalet et à suivre les conseils de son Maître. En peu de temps, il peint une douzaine de toiles dont une bonne partie à été exposée à la Mairie de Papeete du 5 au 10 mai l997.

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • Coêt le 2013-Sep-06 21:52:53 Coêt a dit

    Artiste d'une grande sensibilité qui va encore se découvrir...
  • Coêt le 2013-Sep-06 21:52:54 Coêt a dit

    Artiste d'une grande sensibilité qui va encore se découvrir...
  • Coêt le 2013-Sep-06 21:52:55 Coêt a dit

    Artiste d'une grande sensibilité qui va encore se découvrir...
  • Coêt le 2013-Sep-06 21:52:55 Coêt a dit

    Artiste d'une grande sensibilité qui va encore se découvrir...
  • Claudine Coet le 2014-Aug-09 21:08:10 Claudine Coet a dit

    Beaucoup d'émotion dans ces peintures. Les couleurs sont les reflets du personnage très fantaisiste dans ses coups de pinceaux bonne continuation à ce peintre pas très connu…malheureusement
  • Claudine Coet le 2014-Aug-09 21:08:14 Claudine Coet a dit

    Beaucoup d'émotion dans ces peintures. Les couleurs sont les reflets du personnage très fantaisiste dans ses coups de pinceaux bonne continuation à ce peintre pas très connu…malheureusement
  • Jannette bougrelle le 2014-Aug-09 21:14:25 Jannette bougrelle a dit

    Quel beau souvenir que cette exposition à Genève, nous en attendions une autre. Malheureusement, il nous a fallu aller jusqu'en Polynésie (heureusement pour des vacances ) pour le retrouver et revoir ses oeuvres, la sensibilité reste la même, bon courage l'artiste.
  • Ronny Hammer le 2014-Aug-09 21:18:54 Ronny Hammer a dit

    C'est sur internet que je retrouve mon copain artiste dont je suis fier.
    Quelle évolution, tu nous donne une bonne leçon de vie…en couleur.
    Continue, tu nous fais rêver.

Préférence de langue

简体中文
English (US)
Español
Français

Navigateur

  • Animaux
  • Portrait
  • Auckland NZ 05
  • Portrait
  • Bio
  • Les oubliés
  • Tahiti
  • Tahiti
  • Portrait

Image aléatoire

Panier

Contacter

Tag Cloud

  • 13 photos are tagged with beauté
  • 23 photos are tagged with bleu
  • 24 photos are tagged with Carin
  • 29 photos are tagged with Carine Thierry
  • 19 photos are tagged with ciel
  • 22 photos are tagged with didier
  • 71 photos are tagged with femme
  • 25 photos are tagged with fleur
  • 11 photos are tagged with graffiti
  • 19 photos are tagged with guy-luc
  • 17 photos are tagged with jeune
  • 13 photos are tagged with lagon
  • 14 photos are tagged with mer
  • 12 photos are tagged with miss
  • 14 photos are tagged with noir
  • 12 photos are tagged with nu
  • 13 photos are tagged with nue
  • 12 photos are tagged with orange
  • 10 photos are tagged with pirogue
  • 14 photos are tagged with plage
  • 11 photos are tagged with polynésie
  • 13 photos are tagged with polynésienne
  • 18 photos are tagged with portrait
  • 11 photos are tagged with sable
  • 11 photos are tagged with tag
  • 15 photos are tagged with Tahiti
  • 11 photos are tagged with vahine
  • 22 photos are tagged with valerie
  • 14 photos are tagged with vert
  • 16 photos are tagged with visage
Voir plus d'informations